top of page
Rechercher

La famille Asada réalisé par Ryota Nakano

Réalisé par Ryota Nakano, La famille Asada est une comédie dramatique japonaise sortie le 25 janvier 2023 en salle. Le film connaît un succès critique auprès des spectateurs et de la presse et a réussi le pari d'émouvoir le public français. Drôle, touchant et poignant, je vous propose de découvrir La famille Asada, inspiré de l’histoire du photographe Masashi Asada.



Synopsis

Masashi Asada grandit dans un environnement coloré, joyeux et chaleureux. Une mère aimante, un père doux et un grand frère complice. Vers l’âge de 12 ans, son père lui offre son premier appareil photo argentique. Depuis, son enfance s’est résumé à prendre des photos.


Arrivé à l'âge adulte, il décide d’entreprendre un projet : réaliser les rêves de ses proches avec la photographie. Un père qui a toujours rêvé d’être pompier, la mère dont le plaisir coupable était d'être la mariée d’un yakuza, et le grand frère qui, enfant, voulait être pilote de F1. À l’écoute, Masashi s'exécute et organise des shootings et met ses proches dans le décor et costume de leurs rêves.


La famille, une équipe avant tout !

Soudée, enthousiaste et empathique, la famille Asada ne fait qu’un. Alors qu’on nous a souvent présenté le modèle d’une famille dont les membres sont éloignés et distants, la famille Asada représente tout le contraire. Chaque membre de la famille se dévoue pour l’autre. Le père et la mère s'aiment, les deux frères se protègent. On insiste alors au développement d’une famille étonnamment saine dont les conflits ne sont qu’au deuxième plan voire inexistants.


Par exemple, lorsque Masashi doit trouver un travail, ce dernier reçoit seulement une pression de son grand frère Yukihiro mais pas de ses parents. Au contraire, ses parents vont plutôt s'inquiéter pour lui au lieu de le réprimander. Lorsque Masashi ne se rend pas à un entretien d’embauche que son grand frère lui a obtenu, Yukihiro lui passe un savon. Masashi s’excuse mais demande 10 secondes plus tard, un service à son grand frère. Au lieu de poursuivre sur la problématique de trouver du travail, nous passons directement à autre chose et Yukihiro s'exécute et aide son petit frère.


Dans le cas du père, ce dernier pourrait représenter pour la société un échec et un raté. En effet, ce dernier est un homme au foyer et s’est engagé à s’occuper de l’éducation de ses enfants. Dans la société japonaise, et traditionnellement, la mère gère le foyer et le père s'occupe de ramener le revenu. Toutefois, sa femme et ses enfants le voient au contraire comme un pilier de la famille et un héros. Le père de Masashi Asada a tout simplement décidé de mettre ses projets et ambition personnels de côté pour permettre à sa femme d’accomplir son rêve de devenir infirmière. Le père est ainsi un personnage atypique, chaleureux qui a échappé au mode de vie de Salaryman dans la fourmilière de Tokyo. Un père tendre et exemplaire pour la famille Asada mais un raté selon la société japonaise.


La mère quant à elle, représente ici une figure d’autorité mais qui comme le reste de sa famille est extrêmement tendre et ne va jamais recourir à la violence. Elle soigne ses garçons et son mari, les gronde, puis sourit et rit.


Cette famille agit comme une équipe et tire chaque membre vers le haut. En effet, lorsque Masashi Asada propose à son père un shooting dans lequel il pourra incarner un pompier, les Asada s'exécutent et jouent le jeu !



Reproduction de la famille Asada dans le film

La famille Asada, Masashi Asada

La famille Asada, Masashi Asada

La famille Asada, Masashi Asada

Le rôle de la photographie

Lorsque l’on suit le parcours de Masashi Asada, on comprend qu’il est guidé par le mode de vie de beaucoup de photographes, à savoir : prendre des photos quand on est inspiré. Or, comme le dit sa copine : “C’est une phrase de losers”. Dans la mesure où quand nous prenons des photos seulement qu’on nous sommes inspirés, nous n’allons pas chercher l’inspiration, nous attendons sagement qu’il vienne à nous.


La vie de photographe a donc été très irrégulière pour Masashi, jusqu’au jour où il décida de quitter sa ville natale pour aller à Tokyo et une bonne fois pour toute accomplir son rêve de devenir photographe. Aller chercher son rêve de lui-même. Il comprend assez vite qu’atteindre son rêve ne sera pas de tout repos mais persévère jusqu’à même oublier pourquoi il prend des photos.


“Après tout ce n’était qu’un album photo de famille”


Après avoir pris sa famille en photo, il décide de prendre les autres. Il prend le temps de discuter, comprendre ses sujets, et appuie sur le déclencheur. Il comprend que son rôle n’est plus de “devenir un photographe professionnel”, mais surtout de créer des souvenirs pour des familles.


Extrait de La famille Asada


Lors des événements tragiques de 2011, le peuple est en deuil. Les maisons sont détruites, les familles sont brisées et le présent est insoutenable. Masashi s’engage alors dans une nouvelle mission : restaurer les photos de famille. Pour Masashi :


“La photo nous permet de supporter le présent”.


Effectivement, Il est parfois rassurant et salvateur de regarder derrière pour mieux aller de l’avant, et c’est la photographie qui nous le permet. Ainsi, il réussit avec plusieurs volontaires à réunir et nettoyer plus de 80 000 photos. Parmi les 80 000 photos, 60 000 ont pu être retrouvées par les propriétaires. A l’heure actuelle, plusieurs collectes de photos sont organisées pour permettre à leur propriétaire de retrouver les photos restantes.


Au début du film, le père explique que Masashi n’appuie pas sur le déclencheur tant qu’il ne comprend pas son sujet. Dans une autre scène on observe alors Masashi se regarder dans son reflet et prendre son appareil photo. Masashi était à ce moment-là perdu et ne comprenait pas son rôle. Il n’appuie donc pas sur le déclencheur, il ne sait pas qui il est.


Capture d'écran Youtube de la bande d'annonce du film La famille Asada.


Vers la fin du film, on observe la même scène avec cette fois un Masashi qui est allé traquer son rêve, trouver un but dans ces photos, et un sens dans sa profession. Il appuie donc dans le déclencheur, la photographie étant la chose qui lui a permis de se trouver et de se définir.


La famille Asada est un film où on rit 100 fois et on pleure 100 fois.


38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page