top of page
Rechercher

Le daim réalisé par Quentin Dupieux

L’univers de Quentin Dupieux est pour moi une découverte, et me fait réaliser ma maigre connaissance du cinéma français ! Le Daim est une comédie absurde avec en tête d’affiche Jean Dujardin. Imprévisible et hilarant, je vous propose de découvrir le personnage de George et son blouson en daim !

Synopsis

George, la cinquantaine, tombe accro de sa nouvelle acquisition : une veste 100% en daim avec toutes ses franges ! Guidé par sa solitude, il se fixe un objectif : être le seul à porter un blouson.



Un début calme

Lors des 5 premières minutes du film, on observe George en voiture. Il va bizarrement jeter sa veste dans les cuvettes d’une station essence puis reprend son chemin. Il n’y a pour l’instant rien à tirer du début, on ne cerne toujours pas George.


Lors de son arrivée dans une maison isolée on comprend l’objet de son trajet, à savoir l’achat d’une veste en daim sûrement vu sur une annonce. Une veste 100% en daim “ avec toutes ses franges ! ”. Jusque là, rien d’anormal. On aura seulement remarqué l'enthousiasme de George, une première émotion délivré par personnage principal.


Or, une première impression ce fera sur George à l’écoute du prix de la veste : plus de 7000€. J’ai compris une chose : George est débile.



Une assurance à mourir de rire

Pendant les scènes de George, on comprend qu’il est totalement guidé par la solitude et l’ennui. Heureusement pour lui, il a un caméscope ! Ainsi, George, filme ce qu’il se passe autour de lui, sans oublier son blouson en daim. Il s’improvise alors réalisateur et le prétend avec assurance. Bien évidemment, George ne comprend même pas la notion de montage. On assiste alors à des scène hilarantes qui mettent en lumière son incompétence dans les dialogues avec la serveuse.


« Tu vois Pulp Fiction ? » Demande la serveuse


« Ouais, Ouais… » Répond timidement George



Un non sens qui fait rire

Mis à part cette assurance comique, la quête est d’autant plus drôle. Effectivement George se fixe un objectif (débile) : devenir le seul à porter un blouson. Par exemple, Il se permet alors de demander à la serveuse qui accessoirement devient la monteuse de son film, à enlever son blouson. Il s’engage alors dans sa quête : il se met à payer des gens pour mettre leur blouson dans le coffre de sa voiture sous prétexte qu’ils participent à un film.


La véritable raison étant bien évidemment liée à sa volonté de leur priver de leur blouson…



Ce que j’aime dans cette quête, c’est surtout le sérieux qui est pris autour d’un sujet totalement absurde et incohérent Cerise sur le gateau, cette considération est contagieuse et touche même la serveuse. Cette dernière voit même en George, une sorte de génie du cinéma qui propose un message fort dans ses prise de vue. Prise dans lequel il vole des blousons. Le duo de George et la serveuse rend alors cette quête drôle et on se demande alors jusqu’où ça ira.

Une tournure WTF (Attention Spoiler)

Pour mener à bien sa quête, George décide de passer à l’action et propose une autre méthode pour séparer les personnes de leur blouson : les filmer et… les tuer pour ensuite leur retirer leur blouson. Il n’y a pas vraiment de choix rationnel, seulement, on subit la scène et l’incohérence est roi. La folie de George pour son blouson le dépasse et le film vire pendant un moment au slasher.


Le daim a été pour moi un vent de fraîcheur sur le plan comique. Les personnages sont têtus, imprévisibles et limite cons (Un peu dans la veine de Burn after reading des frères Cohen) mais je m’y suis attaché. Un genre unique qui doit sûrement être reconnu et définir la patte de Quentin Dupieux (C’est son premier film que je regarde). Bref, une très belle découverte.


29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page